Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Afrique : La société civile doit faire respecter les droits des femmes (...)

Afrique : La société civile doit faire respecter les droits des femmes inscrits dans le Protocole de Maputo de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

jeudi 14 août 2014, par siawi3

Source : http://www.awid.org/fre/Actualites-et-Analyses/Annonces/Une-activiste-senegalaise-appelle-a-rendre-effectifs-les-droits-des-femmes

Une Activiste Sénégalaise Appelle À Rendre Effectifs Les Droits Des Femmes

Source : Agence de Presse Sénégalaise 06/08/2014

La présidente de l’Association des juristes sénégalaises (AJS), Fatou Kiné Camara, a estimé, mardi 5 août à Dakar, que le temps est venu de rendre effectifs les droits des femmes contenus dans la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, conformément au protocole de Maputo (Mozambique).

‘Cela fait 10 ans que le Sénégal l’a signé et ratifié. Il est vraiment temps que son application devienne une réalité. L’Etat a l’obligation de promouvoir, de faire connaître ces droits, et de ne laisser personne porter atteinte à ces droits des femmes. Il a aussi l’obligation de les réaliser, c’est-à-dire de rendre ces droits effectifs’’, a-t-elle notamment indiqué.
La présidente de l’AJS s’exprimait en marge d’un atelier de deux jours, à l’initiative de sa structure, en collaboration avec l’association kenyane ‘’Egalité maintenant’’ et la Coalition du mouvement de solidarité pour les droits des femmes africaines (SOAWR).

D’une durée de deux jours (5 et 6 août), la rencontre porte sur le Protocole de Maputo de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatif aux droits des femmes en Afrique.
L’atelier réunit au moins 20 avocats et juges, et offre l’occasion de discuter du système africain des droits humains ainsi que celle de procéder à une analyse approfondie des dispositions dudit protocole.
‘’On s’est rendu malheureusement compte qu’en Afrique, les droits des femmes constituent le parent pauvre. Le protocole de Maputo donne beaucoup de droits aux femmes, mais nous n’arrivons pas à son application. Je pense qu’il y a en Afrique un problème de volonté politique’’, a-t-elle déploré.
‘’Je pense qu’il y a un problème de volonté politique pour une application effective du protocole de Maputo. Et c’est là le rôle de la société civile, qui est d’alerter, de pousser, d’encourager l’exécutif à remplir toutes ses obligations vis-à-vis de ses citoyens’’, a poursuivi la juriste qui enseigne à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.