Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Israel : Bilan et sombres prédictions

Israel : Bilan et sombres prédictions

vendredi 6 mars 2015, par siawi3

Source : http://www.cclj.be/article/2/6449

B. Netanyahou est-il le pire 1er ministre d’Israë l ?

Sauf erreur, on ne voit pas de dirigeant israélien dont le bilan soit plus désastreux que celui de l’actuel chef de gouvernement. Et pourtant, il semble bien que les Israéliens vont lui permettre de rempiler une 4ème fois…

C’est demain, 3 mars que le 1er ministre israélien prendra la parole devant le Congrès des Etats-Unis. Il vient, a-t-il affirmé « pour une mission cruciale et même historique » : empêcher le « mauvais accord  » que Washington veut conclure avec l’Iran sur le nucléaire.

Mais ce sera un discours « inutile et contreproductif  ». Selon Meir Dagan, chef du Mossad de 2002 à2010* en tous cas. Il ajoute même que B. Netanyahou est celui qui aura « fait le plus de torts àIsraë l  » dans ce dossier.

Et M. Dagan –qui n’est certes pas un de ces « gauchistes  » que la droite voit dans tout opposant**- sait de quoi il parle. Contrer la menace iranienne a été sa priorité durant 8 ans et il y est fort bien parvenu.

Il connait aussi son Netanyahou. Il se souvient – un exemple parmi nombre d’autres- de sa prédiction d’aout 2012, lorsqu’il avait brandi devant l’ONU une pancarte avec une bombe prête àexploser : l’Iran aurait l’arme atomique « au plus tard  » en 2013….

Le Mossad, comme les autres services secrets, savaient alors pertinemment que c’était faux. Mais des élections législatives devaient avoir lieu quelques mois plus tard en Israë l. Tout comme il y en aura d’ici 15 jours… Quoique cette démarche soit sans doute inutile :
Il semble, d’après les sondages que le 1er ministre doive se succéder àlui-même. Que son parti arrive en tête ou non, il serait le seul àpouvoir former une coalition majoritaire. Non que, hormis l’accroissement des colonies de Cisjordanie, il ait un bon bilan dans quelque domaine que ce soit.

Tout au contraire, en fait : àl’intérieur, selon un rapport de l’OCDE, (Organisation de Coopération et de Développements Economiques), en 2014, Israë l a le plus haut taux de pauvreté parmi les pays développés.

Il est de 21% (13,8% en 1995) : un Israélien sur cinq – un enfant sur trois- vivent dans la pauvreté. Seul le Mexique dépasse l’Etat juif quant au nombre de familles pauvres. Les écarts de revenus se sont accrus au point que seuls quatre Etats font pire.

La classe moyenne n’est guère mieux lotie. Le récent rapport du contrôleur de l’Etat constate que de 2008 à2013, la construction de nouveaux logements s’est ralentie (sauf en Cisjordanie où le gouvernement a investi 2,25 milliards d’euros dans des colonies isolées).

Moyennant quoi, le prix des logements en Israë l a augmenté en 5 ans de 55% et les loyers de 30%. Et encore de 5% en 2014. En même temps, la hausse constante du coà»t de la vie fait que, même avec deux salaires, nombre de familles risquent de basculer dans la pauvreté.

« L’envoyé de l’ensemble du peuple juif »
On n’évoquera que pour mémoire le train de vie dispendieux et les petits « arrangements  » du couple Netanyahou avec l’argent de l’Etat. Les dangers que fait courir au pays la politique étrangère du 1er ministre sont incommensurablement plus importants.

Car celui-ci semble décidé àrompre avec les quelques rares Etats ou personnes qui soutiennent encore Israë l de par le monde. On a déjàévoqué ici *** le lent mais irrésistible éloignement de l’Europe, 1er partenaire économique d’Israë l, àcause de la lente annexion des territoires occupés.

De même avec les Etats-Unis. L’actuel épisode du discours devant le Congrès n’est qu’une illustration supplémentaire du manque d’intérêt de B. Netanyahou pour les Etats-Unis, le principal défenseur pourtant de l’Etat juif. Méir Dagan :
« Nous sommes protégés par le pouvoir du veto américain. Mais si nous perdons cette protection nous pourrions, dans un laps de temps très court, être l’objet de sanctions internationales  ».

De même dans le domaine militaire, des renseignements, du commerce… que serait Israë l sans les Etats-Unis ? Pourtant, en méprisant et rejetant le président Obama et le parti démocrate, B. Netanyahou fait du soutien àl’Etat juif une « cause républicaine et non plus bipartisane  »****.

Exit donc l’appui de 50% des Américains… Pour faire bonne mesure, tout en manifestant la prétention « d’être l’envoyé de l’ensemble du peuple juif », le chef du gouvernement israélien semble aussi décidé àdéstabiliser la diaspora juive.

Après les attentats contre Charlie Hebdo et le magasin Hyper Casher  », il a multiplié les invitations àla communauté de « revenir àla maison  », de « rentrer chez eux  », etc. Une façon de dire, comme les antisémites, que les Juifs de France ne sont pas chez eux dans leur pays.

D’où la cinglante riposte de J Call***** : une déclaration titrée « Non, M. Netanyahou, vous ne nous représentez pas  » àl’image de celle de J. Street qui lui dénie le droit de parler au nom des Juifs américain. A noter que la droite américaine n’est guère àl’aise, elle non plus.

L’Aipac (American Israel Public Affairs Committee), le principal lobby pro-israélien n’apprécie guère que, contrairement àl’habitude, ni le Président ni aucune personnalité démocrate ne soit présente àsa conférence annuelle pour écouter B. Netanyahou.

A ce misérable bilan, s’ajoute le manque total d’espoir que peut promettre un « Netanyahou 4  » : il s’alliera sans doute avec les ultra-orthodoxes, avec les sionistes religieux de N.Bennett et avec le parti extrémiste Israë l Beteinu.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’argent des Israéliens sera ànouveau dilapidé dans les yeshivas et les colonies. Faute d’accord avec les Palestiniens, attentats et risques de guerre persisteront, tout comme l’isolement international de l’Etat juif.

Mais, faute sans doute d’alternative crédible, Netanyahou semble tout de même être le choix des Israéliens. C’est leur liberté. Les peuples ont le droit démocratique de se tromper. Même si l’histoire montre que ce genre d’erreur a souvent des conséquences terribles.

Notes :

* http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/62650-150228-netanyahou-est-celui-qui-aura-cause-le-plus-de-tort-a-israel-meir-dagan
**Meir Dagan a commencé sa carrière dans l’unité d’élite « Sayeret Makal ». Nommé àla tête du Mossad par Ariel Sharon, on lui prête de nombreuses actions contre le programme nucléaire iranien : incendies, virus informatique, assassinats
*** « Europe-Israë l : chronique d’un divorce annoncé  » (http://www.cclj.be/article/2/6133)
**** Selon le journaliste (pro-israélien) Thomas Friedman du « New York Times  »