Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : TRAGI-COMEDIE ELECTORALE : MISE EN SCENE IMPECCABLE !

France : TRAGI-COMEDIE ELECTORALE : MISE EN SCENE IMPECCABLE !

jeudi 16 avril 2015, par siawi3

Source : http://www.m-pep.org/spip.php?article3943

Communiqué du Bureau du Mouvement politique d’émancipation populaire

Le 2 avril 2015

Les élections départementales ont donné lieu à un spectacle tragique : dans une mise en scène impeccable, chacun a joué son rôle sans aucun dérapage.
Les décors étaient assurés par les médias télévisés : les cartes de la France passant du rose au bleu, « tout en évitant le bleu marine », plateaux télé réunissant toujours les mêmes, discours convenus, mots magiques sortis du chapeau. Après le suspens pré-électoral qui orchestrait la frayeur collective de la ruée du FN sur les départements, le 2e acte a perdu de son intensité ! Le dénouement est sans panache : le désistement « républicain » a favorisé la mise en place de l’UMP et ses alliés qui se retrouvent à la tête de 61 départements. Les sourires des libéraux de droite auto satisfaits se superposaient sur les écrans de télé aux visages crispés des libéraux de gauche. En image subliminale l’expression carnassière de Nicolas Sarkozy se réjouissant de son avenir de présidentiable. Quel cauchemar ! La peste et le choléra en alternance.

En potion amère, et pourtant sans surprise, la « gauche réunie » au 2e tour « sauvant » 34 départements est saluée sur les ondes par le PS tout comme le PCF. On est « en famille », on se serre les coudes. On sauve les meubles, entendez les places. En réalité, le Front de gauche est écrasé, explosé. Mort-né en quelque sorte.

Alors que Hollande avait annoncé la couleur : quels que soient les résultats électoraux rien ne changera, ni sa politique, ni son gouvernement, les appels à « l’union de la gauche » fleurissent pourtant en ce début de printemps. On va voir ce qu’on va voir ! La gauche plurielle prépare son retour pour bouter le FN hors du jeu. Peu importe le mélange de la carpe et du lapin : le fédéralisme exacerbé des Verts qui exècrent la Nation et flirtent avec le communautarisme, le communisme new look du PCF qui patouille dans les cuisines du parlement européen, l’entêtement du PG naufragé qui a renoncé à défendre la Nation à force de clamer que « l’euro est à nous » et enfin le parti renégat du socialisme bafoué aux commandes du pays qui obéit au MEDEF et à l’UE comme un adepte d’une secte vénère son gourou. Peu importe le programme pourvu qu’ils sauvent les appareils et les places. Les rendez-vous entre responsables des partis de gauche ont commencé. Tout est en place pour la suite du sit com. Et d’abord pour les élections régionales de la fin de l’année. Il s’agira alors d’un scrutin à la proportionnelle. Une occasion pour le FN de tirer ses marrons du feu et de faire les gorges chaudes des commentateurs, d’autant que le passage de 22 à 13 régions dessine un nouveau paysage et met directement en danger la République une et indivisible en préparant l’euro-régionalisation. En effet, si le FN n’a finalement emporté aucun département et peu d’élus, malgré des scores élevés au premier tour avec 5 millions de voix, on assiste à son irrésistible ascension. Non seulement il s’implante dans le paysage et dans les esprits mais il poursuit sa stratégie « d’incorruptible ». Il se « vend » comme le seul parti qui ne cherche aucune alliance au 2e tour. Droit dans ses bottes, il vise les prochaines échéances électorales et fait désormais parti des rôles principaux indispensables au scénario médiatique et politique.

Bref, les producteurs associés de la tragi-comédie - classe possédante et classes dirigeantes - ont bien travaillé. Car le grand perdant c’est indéniablement le peuple et plus précisément les classes dominées, réduites à n’être que des figurants, dans ces élections comme dans la cité et qui vont subir les nouvelles réformes accélérées qui s’annoncent. Ces citoyens privés de voix constituent les bataillons des 20 173 395 abstentionnistes - soit 50,02 % - auxquels il faut ajouter 1 150 937 bulletins blancs (5,71%) et 527 422 bulletins nuls (2,62%). Ainsi sur un corps électoral de 40 333 325 de personnes, seules 18 481 571 auront contribué à l’élection des conseillers départementaux. Et dans les banlieues populaires le taux de l’abstention grimpe jusqu’à plus de 70% !

Quelle légitimité auront donc ces conseils départementaux qui n’auront été élus que par moins de la moitié du peuple ? Aucune. D’autant que le rôle des conseils départementaux n’est toujours pas fixé par la loi encore en débat et la clause de compétence générale a disparu. Elire des représentants sans savoir à quoi ils doivent servir est ubuesque. De toutes façons ils sont assignés à n’être que les marionnettes consentantes et zélées du grand jeu de politique-réalité écoeurant où tout est déjà écrit d’avance .C’est bien cela que les écœurés du système ont voulu faire entendre. Mais comment envoyer un coup de semonce à des autistes, tellement enfermés sur le monde qu’ils défendent qu’ils ne veulent ni percevoir ni comprendre la réalité subie par la majorité des Français ?

Il n’y a donc plus de temps à perdre : c’est maintenant que nous avons l’absolue nécessité de construire l’outil manquant. La mascarade de l’union de la gauche qui ne répond à aucune des attentes populaires a fait long feu. Pour se débarrasser de tous les complices de l’Union européenne, de l’euro, de l’OTAN, pour démondialiser et reconquérir la souveraineté du peuple, prenez le parti de rejoindre le M’PEP ! Vite ! Il y a urgence.