Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Recensement ethno-religieux de BeÌ ziers : la grande hypocrisie

France : Recensement ethno-religieux de BeÌ ziers : la grande hypocrisie

samedi 9 mai 2015, par siawi3

Source : Le ComiteÌ LaïciteÌ ReÌ publique, 9 mai 2015

Le ComiteÌ LaïciteÌ ReÌ publique s’est prononceÌ depuis longtemps et aÌ€ de multiples reprises contre toute forme de fichage et de statistiques ethno-raciales ou religieuses. Il ne peut que condamner avec la plus grande eÌ nergie l’entreprise meneÌ e par le maire d’extreÌ‚me droite de BeÌ ziers, M. MeÌ nard, qui a reÌ veÌ leÌ avoir proceÌ deÌ au « recensement » des eÌ leÌ€ves des eÌ coles de sa ville selon leur appartenance religieuse supposeÌ e.

La loi du 6 janvier 1978 dite « informatique et liberteÌ » et une deÌ cision du Conseil constitutionnel de 2007 interdisent clairement ce type de pratiques et c’est sur cette base qu’une enqueÌ‚te judiciaire a eÌ teÌ ouverte aÌ€ l’encontre de M. MeÌ nard. Rappelons qu’un des plus gros bailleurs sociaux d’Ile-de-France avait eÌ teÌ condamneÌ en mai 2014 pour avoir eÌ tabli un « fichage ethnique » de ses locataires sans susciter autant d’eÌ moi. Au terme de la loi, "il est interdit de traiter des donneÌ es aÌ€ caracteÌ€re personnel
qui font apparaitre, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les options philosophiques, politiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives aÌ€ la santeÌ ou aÌ€ la vie sexuelle de celles-ci".

En 2009, pourtant, l’Institut national d’eÌ tudes deÌ mographiques avait obtenu une deÌ rogation de la part de la CNIL et plusieurs initiatives ont eÌ teÌ prises de façon plus ou moins artisanale pour proceÌ der aÌ€ de tels recensements ethno-religieux, par exemple par un institut de sondage ou encore un quotidien national pour les « besoins » d’une enqueÌ‚te.
Au-delaÌ€ de l’extreÌ‚me droite, certains courants de gauche sont en effet treÌ€s attacheÌ s aÌ€ deÌ finir les personnes selon leurs origines ou leur confession religieuse. C’est ainsi qu’en 2011 la treÌ€s distingueÌ e Fondation Terra Nova avait preÌ coniseÌ l’instauration d’une « citoyenneteÌ musulmane » en France.
L’initiative prise par un maire d’extreÌ‚me droite compte de nombreux adeptes dans quasiment tout le champ politique et il est singulier d’entendre aujourd’hui des cris d’orfraie vis-aÌ€-vis d’une pratique deÌ fendue aÌ€ droite comme aÌ€ gauche. On se souvient ainsi comment le preÌ sident Sarkozy, en nommant commissaire aÌ€ la diversiteÌ M. Yazid Sabeg en 2008, avait imagineÌ pouvoir officialiser les statistiques ethno-raciales.

Un rapport eÌ laboreÌ par une commission preÌ sideÌ e par Mme Simone Veil avait alors mis un terme aÌ€ ces velleÌ iteÌ s. Fin 2014, un rapport seÌ natorial co-reÌ digeÌ par Mme Benbassa (EELV) et M. Lecerf (UMP) preÌ conisait clairement l’instauration de statistiques ethno-raciales. Lors de la remise d’un rapport du SeÌ nat sur les reÌ seaux djihadistes il y a quelques semaines, plusieurs seÌ nateurs UMP s’eÌ taient aÌ€ nouveau clairement engageÌ s pour la mise en Å“uvre de telles statistiques. Plusieurs responsables du PS se sont aussi deÌ clareÌ s partisans de mesures analogues, deÌ fendues de manieÌ€re massive par les Verts. Il y a donc une immense hypocrisie aÌ€ voir M. MeÌ nard condamneÌ pour des initiatives deÌ fendues par beaucoup, au-delaÌ€ de l’extreÌ‚me droite. Le 5 feÌ vrier dernier, interrogeÌ sur ces deÌ bats ressurgis apreÌ€s les assassinats barbares de janvier 2015 et porteÌ s de manieÌ€re reÌ currente par le quotidien LibeÌ ration, le preÌ sident de la ReÌ publique avait clairement affirmeÌ son opposition aÌ€ de telles initiatives.

Etablir des statistiques ethno-raciales ou ethno-religieuses, quelles que soient les meÌ thodes retenues, proceÌ€de d’une vision racialiste de la socieÌ teÌ , qui meÌ‚le quasi-ineÌ vitablement le biologique et le politique. Il ne s’agit pas seulement d’une lecture communautariste de la socieÌ teÌ , mais bien d’une approche diffeÌ rentialiste, car ces statistiques ont toujours pour but d’identifier des cateÌ gories de personnes aÌ€ raison de leur naissance ou de leurs convictions religieuses pour leur appliquer des droits particuliers.
Elle postule que les eÌ‚tres humains sont deÌ finis par leurs caracteÌ ristiques biologiques ou par leur naissance et proceÌ€de donc par deÌ finition d’une conception reÌ actionnaire de l’humaine condition. Ces pratiques doivent eÌ‚tre bannies sans reÌ serve et le ComiteÌ LaïciteÌ ReÌ publique espeÌ€re que l’eÌ pisode reÌ veÌ leÌ par le maire d’extreÌ‚me droite de BeÌ ziers mettra un terme aÌ€ ce deÌ bat en France.

Au-delaÌ€ des questions de principe, des consideÌ rations juridiques eÌ nonceÌ es clairement dans la loi de 1978, rappelons aussi que la dernieÌ€re entreprise massive de recensement ethno-religieuse en France remonte aÌ€ l’Occupation.